L’Association des petites villes de France, qui se bat depuis vingt ans contre la politique de concentration, de restructuration et de regroupements hospitaliers « dans une pure logique financière et comptable » s’en est félicitée.

Dans un récent avis, le Haut conseil pour l’avenir de l’Assurance maladie, HCAAM, affirme qu’il est temps de changer le système de santé en s’appuyant non plus sur une analyse de l’offre mais sur des services pertinents et de qualité attendus par la population : disposer d’un médecin traitant, accéder, en cas de pathologie chronique, à une équipe qui suive le patient et l’oriente, pouvoir vivre ses derniers jours chez soi… Et pour répondre à ces besoins il faut constituer un réseau de proximité qui comprend des soins ambulatoires et des soins avec hospitalisation.
Le HCAAM préconise la constitution de 1 000 « communautés professionnelles territoriales de santé » (CPTS) c’est-à-dire une coordination entre tous les professionnels de santé sur un bassin de vie.

Il ajoute à cela la création d’établissements de santé de proximité recentrés sur des activités de médecine polyvalente. Le maillage « idéal » serait de 550 à 600 (à comparer aux 243 hôpitaux de proximité actuels).

(crédit photo : Axel Puig)

Vous aimerez aussi...