Le 15 août dernier, dans le cadre de sa fête annuelle les « Flories d’Antan », le village de Saint-Fraimbault (580 hab.) dans l'Orne a réuni lors de deux tables-rondes des acteurs économiques, des élus et des chefs cuisiniers du bocage normand et de la région parisienne. L’objectif était d’échanger autour d’un projet, auquel un agriculteur bio de la commune, Alain Delangle, réfléchit depuis deux ans : mettreen place des jumelages entre des villes et des villages.

« Il y a urgence à recréer du lien, de la solidarité et des échanges entre territoires ruraux et urbains. C’est une condition essentielle de la transition agricole, pour constituer des systèmes alimentaires durables », explique ce dernier. Une association est en cours de création pour animer le dispositif et alimenter sa méthodologie à l’échelle nationale, soutenue par un appel à projets, Solidarité Paris-Campagnes, porté par Antoinette Guhl, adjointe à la mairie de Paris.

D’ores et déjà, Saint-Fraimbault a constitué le premier comité de jumelage, avec des élus, des agriculteurs et des représentants d’associations locales. Il mettra en oeuvre différentes actions liées à l’éducation, au patrimoine gastronomique et à la durabilité de l’alimentation ainsi qu’au patrimoine culturel et sportif.

Vous aimerez aussi...