Parce que sa surface progresse chaque année de 0,7% depuis 1980 (source : Institut national de l’information géographique et forestière), on peut penser que la forêt française se porte bien.

C’est pourtant loin d’être le cas selon les membres de l’association de citoyens Semeurs de forêts, créée en 2019 à Enghien-les-Bains (Vald’Oise).

La politique actuelle d’exploitation intensive du bois remplace des forêts centenaires par des champs uniformes d’arbres traités et pauvres en biodiversité. 84 % des forêts de métropole – 16,9 millions d’hectares, 31 % du territoire –, sont constituées d’une à deux essences, principalement des résineux. C’est pour renverser cette tendance que l’association a vu le jour. Son but est d’acquérir des terrains inexploités pour y planter des forêts perpétuelles de 20 à 40 essences adaptées aux territoires.

Le 15 octobre dernier, elle a acheté son premier terrain d’1,4 hectare à Juvignies (Oise), grâce à un financement participatif. Ancienne pâture pour chevaux, il accueillera d’ici le printemps une jeune forêt de 3 000 arbres pour débuter, 40 000 à terme. C’est la méthode utilisée, inspirée par le botaniste japonais Akira Miyawaki, qui permet une telle densité, 30 fois supérieure aux plantations conventionnelles.

Les graines germent en pépinières puis sont plantées dans des sols fertilisés naturellement (écorces, compost, tourbe…). Ces forêts sont plus résilientes face aux maladies, parasites et conditions météorologiques extrêmes et 100 fois plus riches en biodiversité.

L’association recherche actuellement des terrains en Île-de-France et dans les départements voisins.

Crédit photos : Semeurs de forêts

Semeurs de Forêts, 11 rue Portal,
95880 Enghien-Les-Bains.
Galerie photo
Vous aimerez aussi...