Lugny, à peine 950 habitants, à vingt-cinq kilomètres au nord de Mâcon, niché entre vignobles et forêts. En ce début d’après-midi ensoleillé, seule l’école anime le coeur ancien du village. Les élèves des cinq classes ont quitté la cantine. Les petits de maternelle ont regagné leur bâtiment pour la sieste, pendant que les écoliers de primaire jouent dans la cour en attendant le début de « RécréaMômes ».

Ici, ce néologisme joyeux a remplacé l’acronyme administratif en vigueur : NAP, pour « nouvelles activités périscolaires ». Il désigne les activités proposées par la commune pour compenser la réduction du temps quotidien d’enseignement, imposée par la réforme des rythmes scolaires. À Lugny, depuis septembre 2013, les enfants ont cinq matinées de classe par semaine, mais deux de leurs après-midi sont raccourcies pour ménager 90 minutes d’activités facultatives.

À voir les groupes se rassembler autour de leurs animateurs, on mesure combien ces activités sont attendues. Équipés de râteaux, de pioches et de pelles, les uns préparent la terre pour planter des courges. Armés de maillets et de visseuses, d’autres mettent la dernière main à des bacs de jardin en bois qui accueilleront des semis. Une troisième troupe arpente le terrain, le nez collé au sol : ils traquent des insectes qu’ils vont ensuite observer dans de petites bouteilles plastiques habilement découpées à cet effet.

« Dans notre commune, on a peu d’infrastructures… Mais par contre, on a les vieilles pierres et la nature », explique le coordinateur du périscolaire, Daniel Dupuy. Avant de se lancer dans leurs plantations, les enfants se sont ainsi rendus à la coopérative agricole pour se renseigner. Ils ont jeté un oeil neuf sur le patrimoine du village et rencontré des habitants ravis de partager avec eux leurs connaissances.

Pour autant, les 75 élèves de primaire ne sont pas tous dehors. Un petit groupe se presse autour d’une animatrice: avec elle et le soutien d’une maîtresse, ils rédigent et mettent en page le journal de l’école. D’autres ont revêtu des tabliers pour l’atelier pâtisserie. À 15 heures, les enfants de primaire redeviennent écoliers et retrouvent leurs enseignants. « Une transition difficile, reconnaît une maîtresse. J’ai du mal à les recentrer sur les matières scolaires jusqu’à 16h30. » Pendant ce temps, les petits de maternelle se réveillent peu à peu de la sieste et profitent à leur tour de la présence des animateurs : jeux, cuisine, parcours de motricité…

Enseignants et animateurs : l’entente cordiale

Pour le maire Daniel Conry, engager sa commune dans la réforme des rythmes scolaires était un choix politique : « Pour moi, il est plus important de consacrer de l’argent aux enfants qu’à la voirie ». Sauf que « ce n’était ni moi ni le secrétaire de mairie qui allions organiser tout ça ! ». Très vite, il décide donc de déléguer l’entière mise en place (concertation, coordination pédagogique, organisation, gestion administrative, recrutement, suivi) à une association, le CECL, avec qui il signe une convention d’objectifs et de moyens (COM).

Rattaché à la fédération d’éducation populaire des Francas, le CECL gérait jusqu’alors le centre de loisirs à l’échelle intercommunale. Dès lors, c’est son directeur, Michel Ramalhosa, qui va prendre les choses en main. Pour ce militant de l’éducation populaire, la réussite de la réforme était un passionnant exercice de démocratie participative.

Le plus difficile ? « Les persuader que ça allait marcher ». Pour y parvenir, il a animé de nombreuses réunions rassemblant parents, enseignants, élus, associations locales. « On a commencé par parler de ce dont on avait envie pour nos enfants, en repoussant à plus tard les questions logistiques et financières. On devait se mettre d’accord sur le sens que l’on donnait à tout cela. »

Il a fallu du temps pour que chacun exprime ses réticences et entende les réflexions des autres. En est ressorti que tous souhaitaient des activités innovantes et de qualité. Le coût annoncé, élevé, n’a dès lors surpris personne: 300 euros brut par enfant et par an, avant soustraction des aides de la CAF et de l’État. En 2e année, le montant baisse puisque d’autres communes sont venues rejoindre le dispositif, réduisant ainsi les charges fixes.

Le directeur de l’école, sans cacher sa réticence initiale, a volontairement décidé de jouer le jeu. À la réunion de pré-rentrée des enseignants, les animateurs ont été conviés. Ce jour-là, il a déclaré : « Désormais, nous avons des collègues-enseignants et des collègues-animateurs ». Une entente cordiale qui fait beaucoup. Et les enfants, qu’en pensent-ils ? Dans la cour, la réponse fuse : « RécréaMômes? C’est génial. J’adore tout ! ».

 

Les clés de la réussite
Se saisir de la grande latitude offerte

Jean-Louis Demois, maire d’Ecuillé (Maine-et-Loire), le rappelle : « Cette réforme donne aux maires une grande liberté à laquelle on n’est plus habitué ». Dans son village, elle a permis de rallonger le temps méridien, une demande des parents jusqu’alors impossible à satisfaire. Les enfants mangent plus tranquillement et profitent des nouvelles activités le vendredi en fin de journée.

S’accorder du temps
Seul un long temps de concertation permet de remporter l’adhésion des différents partenaires : enseignants, parents, élus, associations. Le comité de pilotage signale aussi les ajustements nécessaires en cours d’année.

Mutualiser le recrutement
Rallonger au maximum le temps accordé aux intervenants facilite le recrutement. À Lugny, les cinq personnes recrutées travaillent trois heures d’affilée, deux fois par semaine (90 minutes avec les maternelles, 90 minutes avec les primaires). Depuis, la mutualisation des embauches à l’échelle intercommunale a permis de proposer des contrats de 12 heures hebdomadaires.

Solliciter des partenaires insoupçonnés
D’autres villages, comme ceux de la Communauté de communes du Savès (Gers), se sont tournés vers des employeurs publics de leur canton (hôpitaux, collèges, CCAS…) et ont proposé de compléter les temps partiels de certains employés par des heures d’animation. Des aidessoignantes, des cantinières, des jardiniers… ont intégré l’équipe d’animation.

Valoriser les habitants et le personnel communal
A Ecuillé, la mairie a lancé un appel aux bénévoles. Quatre personnes, épaulées par des animateurs, viennent ainsi partager leurs connaissances avec les enfants. À Allègre (Haute-Loire), après avoir bénéficié d’une formation, l’unique ATSEM assure tout le temps périscolaire des maternelles. « Elle est ravie, explique le maire, Gilbert Meyssonnier, et c’est valorisant. »

Vous aimerez aussi...