« Là où les gens ont du maïs, ils abattent les arbres… sous l’arbre, le maïs n’a pas d’eau.»
« Ma mère, quand elle est arrivée, à son mariage en 1965, il yavait 8 barrières à ouvrir et à fermer sur un chemin de 600 mètres pour arriver jusqu’à la ferme, c’est incroyable ! »

Voici ce que l’on peut lire sur de grandes colonnes d’exposition installées depuis septembre dernier dans plusieurs communesle long de la vallée de la Sée. Accompagnés des portraits de leurs auteurs et de superbes photos du bocage, ces propos ont été recueillis par deux associations normandes La Loure et Le Labomylette.

L’objectif de cette exposition In Situ, appelée « Portr’haie », est de révéler, à travers le temps, les différents usages de la haie, dont le linéaire a fortement diminué depuis la modernisation agricole des années 50. Il est aussi de susciter l’échange entre les habitants et les usagers du bocage,
invités à participer à l’une des Veill’haies (échanges autour d’une projection audio-visuelle) ou des Randonnées chant’haie (déambulations musicales et commentées dans le bocage) organisées jusqu’à fin 2019. Des actions pédagogiques sont aussi prévues avec le lycée agricole local.

Tél. : 02 31 68 73 49.
http://portrhaie.blogspot.com et Facebook à Portr’Haie.
Vous aimerez aussi...