Nathalie et Fabrice Léhon ont installé une yourte d’habitation en 2008 sur leur terrain constructible, à Janaillat, en Creuse. « Nous avions demandé un permis de construire pour la yourte. Aucun souci du côté de la mairie, en revanche la DDT avait bloqué le dossier. Un courrier au préfet où nous expliquions notre démarche d’installation nous ont permis d’obtenir gain de cause », se rappelle Fabrice, maraîcher bio. Le permis de construire reste le moyen le plus sûr pour pouvoir vivre dans une yourte (on peut alors stipuler construire une maison ronde en bois) mais pour certains, c’est contraire au principe de la yourte, tente nomade par essence. Ceux-là préfèrent vivre de manière autonome, sans être raccordés aux réseaux d’eau et d’électricité. La législation qui s’applique alors est celle du camping. Ce qui suppose de conserver son caractère démontable (pas de dalle en béton) et de faire en sorte que la yourte ressemble plus à une tente qu’à une maison (petite taille, pas trop de fenêtres, etc.), même si les interprétations varient au gré des jurisprudences.

Réservé aux abonnés
Vous aimerez aussi...