Pour la première fois, j’ai pris une scie sauteuse en main. Avec une palette, quelques clous et vis, sans aucune connaissance en menuiserie, j’ai fabriqué des jouets en bois massif. Et je ne me suis pas coupé le moindre doigt ! Grâce aux conseils de Didier, menuisier fabricant de jouets en bois à Saint- Affrique (Aveyron), mes créations s’avèrent résistantes. À quelques encablures de là, avec Violaine, artiste plasticienne, j’ai exploré avec ma fille de dix ans les incroyables possibilités qu’offre la cagette. Sans craindre d’abîmer le matériau, nous avons débridé notre imagination pour fabriquer en deux demi-journées la mini-maison délirante de nos rêves.  

 

Ce bois qu’on jette

 

Cagettes et palettes fournissent un bois massif idéal. Issues de résineux, après ponçage au papier de verre, elles offrent une teinte claire et lisse propice à lasurer, peindre ou laisser brut. Ont-elles subi un traitement ? Oui, généralement par immersion dans l’eau très chaude pour les palettes, ce que confirme la gravure « HT » (pour « Haute Température ») sur les exemplaires voués à l’export. L’absence de marquage indique en principe qu’il n’y a pas eu de traitement. Attention à la marque « MB » qui signifie que le bois est passé au bromure de méthyle, substance toxique cependant interdite depuis 2010. Quant aux cagettes, du fait de leur contact avec des produits alimentaires, seul un traitement antifongique limité est autorisé. Pas de danger déclaré à ce jour pour ce bois, d’ailleurs utilisé pour le transport des fruits et légumes biologiques. Enfin, comme Didier en son atelier de menuiserie, ne jetez plus les chutes de parquet, de lambris ou d’étagère maison… même les plus petites pièces peuvent servir pour un projet de jouet.  

 

Branchage sec

 

Les bouts de bois récupérés en forêt ou bord de mer, lac et rivière doivent être solides. Opérez toujours un séchage près d’une source de chaleur (cheminée, poêle) pour faire sortir les éventuels insectes en une semaine. En cas de doute, on peut ensuite badigeonner le bois d’huile de lin. La récup n’empêche pas de couper en hiver quelques rejets (tiges partant de la base du tronc) d’un châtaignier, noisetier, robinier (faux acacia) ou encore des lianes de ronce ou clématite qui restent solides sans traitement s’ils ont été coupés en phase descendante de la lune avant d’être pelés. Pensez également aux tailles des fruitiers ou à la branche cassée par le vent !

Réservé aux abonnés
Vous aimerez aussi...