+ 5,4 %

 C’est le nombre de nuitées gagné depuis 2007 par le tourisme rural. Il rassemble désormais un tiers de l’ensemble des nuitées effectuées sur le territoire national. Source : Destinations Campagnes, Datar (2013). 

À 800 mètres du lac d’Aiguebelette, en Savoie, c’est un petit écrin de verdure posé au bord d’un ruisseau. Une maison d’hôtes en pierre, une ancienne bergerie, un four à pain : voilà le domaine que Frédérik et Frédérique Baudoin, anciens restaurateurs en station de ski, ont racheté en 2012 pour vivre du tourisme. À Brantes, au pied du mont Ventoux, la saison d’Odile et de Jacqueline débute au printemps. La cuisinière et l’ethnobotaniste, fondatrices des Aventurières du goût, emmènent depuis 2008 les clients cueillir les plantes sauvages dans les collines avant de les déguster avec des produits locaux. L’idée : « promouvoir une cuisine saine et gourmande et, pour nous, allier bien-être et économie », résume Odile. Dans le Parc du Livradois-Forez (Puy-de-Dôme), Alain Benoit à la Guillaume n’a jamais pensé exercer seul son métier d’apiculteur. Depuis 1985, il accueille le public dans sa Cité de l’Abeille. 2500 personnes lui rendent visite chaque année et l’aident à écouler son miel et ses dérivés, commercialisés à 95 % en vente directe.

Ce rêve d’activité touristique, nombreux l’ont fait… et réalisé. Par choix, besoin d’indépendance, désir de quitter la ville. Avec l’idée que « le tourisme, ça marche » et qu’il peut apporter le style de vie et l’autonomie financière recherchés. En l’état actuel des connaissances sur la fréquentation des campagnes, force est de reconnaître que le vent est porteur. Réalisée en 2012 pour le compte de la Datar, l’étude Destination Campagnes a interrogé 6000 Français, Britanniques, Espagnols et Belges. Elle révèle qu’une « très grande partie des populations européennes (...) envisage la campagne française comme une destination de weekend ou de vacances possible ». Pour les urbains et les CSP+, « la campagne représente un ailleurs, un contremodèle par rapport à un quotidien stressant et de plus en plus difficile ». Elle cumulerait les attraits, symbolisés par ces mots-clefs : ressourcement, rupture, calme, beauté, authenticité, convivialité… Passer des vacances « à son rythme », avoir la « sensation de liberté », profiter d’une « nature préservée », de « villages typiques », « fréquenter les marchés »… sont autant de présupposés positifs ou d’expériences vécues avec bonheur. Bref, il n’y aurait que des avantages à séjourner à la campagne. 
Réservé aux abonnés
Vous aimerez aussi...

Ajouter un commentaire

Tous les commentaire

Posté par GUILLOU - Jeudi 08 novembre à 09h44

bonjour, Je suis à la recherche d'exemples de villages et de territoires ruraux ayant développé leur activité touristique grâce à un thème particulier, un "fil rouge" commun. Merci de votre retour. Cordialement.

Posté par Lucile - Vendredi 09 novembre à 14h18

Bonjour, il existe des villages écolo, bio, participatifs, du livre... d'autres qui s'appuient sur le patrimoine, l'histoire... Nous vous invitons à fouiller le site du magazine pour retrouver des exemples qui peuvent vous intéresser car il n'existe pas vraiment de fichiers qui les recensent.. Bonne lecture avec Village.

Ajouter un commentaire