80 % des Français disent avoir confiance en l’eau du robinet et 75 % se disent satisfaits de la qualité de l’eau chez eux. Parmi les personnes interrogées, une grande majorité lui trouve un bon goût et 65 % déclarent boire de l’eau du robinet tous les jours (baromètre annuel CIeau/TNSSofres 29/04/2014).

Si l’on se fie aux données du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, les consommateurs ont raison de se montrer confiants. En effet, pas moins de 12 millions d’analyses sont effectuées chaque année par les Agences régionales de santé (ARS). L’eau est l’aliment le plus surveillé de France. Sa qualité fait l’objet d’une réglementation très stricte qui repose sur les normes européennes. Le consommateur peut donc boire légalement, c’est-à-dire sans danger selon les normes actuelles, les 1,5 1 d’eau par jour recommandés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Pour les plus sceptiques, sachez que les communes ont obligation de diffuser en permanence par affichage en mairie les résultats des analyses effectuées. Certaines les publient même sur leur site. De plus, les factures d’eau sont accompagnées, une fois par an, d’une synthèse émise par l’ARS sur les contrôles de l’année précédente. L’information est transparente et accessible à tous sur le site du ministère de la Santé.

 

Nitrates et algues vertes

Quarante ans après le début de l’invasion du littoral breton par les algues vertes due à l’excès de nitrates, de nouvelles plages en Normandie et au sud de la Loire ont été placées sous protection renforcée par le Centre d’étude et de valorisation des algues (Ceva) durant l’été 2014. 

À savoir

400 captages ont été fermés chaque année entre 1998 et 2008 : les pollutions d’origine agricole sont une cause majeure de leur abandon. Les aires d’alimentation de captages représentent près de 20 % de la surface agricole utile nationale, et plus de 50 % dans certaines régions comme l’Ile-de-France ou le Poitou-Charentes. 

Efficace comme le… roseau

Les filtres plantés de roseaux, procédé le plus utilisé en France et particulièrement adapté pour les petites communes rurales, sont des marais artificiels qui traitent directement les eaux brutes usées, sans passer par la décantation. Les boues sont réduites et la gestion de leur épandage, souvent problématique, est évacuée !

Pour en savoir plus : epnac.irstea.fr/eaux-usees 

Réservé aux abonnés
Galerie photo
Vous aimerez aussi...

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire