Un village c’est comme un petit laboratoire à ciel ouvert. C’est le lieu idéal pour expérimenter voire mettre en culture et faire germer. L’échec est mal accepté en France, que ce soit pour une personne comme pour une entité. Alors comment voulez-vous qu’on puisse d’emblée être créatif, inventif sur un grand territoire ? Les contrôles 

de tout poil sont là. Les parapluies s’ouvrent. La réélection de l’élu est souvent en jeu. 

Pour continuer d’assurer des services et améliorer le quotidien des habitants, des élus locaux courageux de petites communes, en dehors de toute considération partisane se retroussent les manches, osent et surtout fertilisent les énergies. Que ce soit en matière d’accueil, de logement, de production d’énergie, de santé, de culture, d’alimentation, des innovations naissent ici et là avant d’être transférées à des échelles plus importantes, en les adaptant bien-sûr. Il ne s’agit pas de voir le village comme un aquarium, fermé avec ses poissons à l’intérieur que l’on admirerait. Au contraire, ce serait plutôt un espace ouvert pour que les graines s’envolent vers d’autres contrées, que les racines marcottent et que peu à peu, d’autres modèles essaiment. Bien-sûr il y a des échecs mais à cette échelle les conséquences sont moins dommageables et le rebond plus aisé si la bienveillance des institutions et des habitants est là. Aujourd’hui, il faut faire confiance aux élus de terrain et à l’ensemble de la communauté villageoise pour imaginer d’autres voies. Ne pas être condescendant voire méprisant mais au contraire les observer, les soutenir, les accompagner et médiatiser ces pratiques nouvelles qui naissent ça et là. C’est l’objet de ce dossier sur nos Villages coup de cœur : rendre hommage à ceux qui osent (et bien-sûr la liste est très loin d’être exhaustive) et souhaiter que nulle part on ne baisse les bras malgré la lourde tâche pour faire face aux enjeux d’aujourd’hui et de demain.

 

Saint-Paul, le 20 avril 2019

Vous aimerez aussi...