Nigel Francis, 31 ans, a lancé sa micro-ferme après avoir lu The Market Gardener, la version anglaise du Jardinier-maraîcher. Dans une vallée fertile de Colombie-Britannique, à l’extrême-ouest du Canada, côté Pacifique, il s’est inspiré du livre de Jean-Martin Fortier ! Le jardinier évalue à « plus d’une centaine » le nombre d’exploitations maraîchères que le livre a suscitées ou influencées dans sa province. À l’autre bout du Canada, Delphine Pugniet, 30 ans, fait pousser 45 légumes différents sur un demi-hectare au sud de Montréal : « J’étais dans le marketing, je voulais devenir maraîchère sans trop savoir comment. En lisant le livre, j’ai eu un flash. J’ai fait un stage chez Jean-Martin, et me voilà dans le métier ! Mes voisins maraîchers, eux aussi convertis, appellent le livre ‘la Bible’», sourit-elle. Même récit en France, chez Yann Cholot, 40 ans, ou Isabelle Hibon, 36 ans, tous deux dans la région grenobloise. Ils s’intéressaient à l’agriculture, et c’est le manuel de Jean-Martin Fortier qui les a mis dans le bain… Impossible d’évaluer l’impact exact du manuel sur la pratique maraîchère bio d’une rive à l’autre de l’Atlantique, mais on peut penser que plusieurs centaines de jardiniers se sont lancées ou ont modifié leurs pratiques dans la foulée de leur lecture!

 

Du bio ultra… intensif

 

Tout a commencé au sud du Québec, près de la frontière américaine, aux Jardins de la Grelinette, qui s’étendent sur moins d’un hectare autour de la maison écolo de Jean-Martin Fortier et Maude-Hélène Desroches, sa compagne. Forts de leurs méthodes « bio intensives » qui leur permettent de produire beaucoup sur une petite surface et de dégager un revenu satisfaisant pour leur petite famille et un salarié et demi, ils ont décidé de dévoiler leurs secrets dans un manuel joliment illustré, rédigé par Jean-Martin, technique mais accessible. Leurs grands principes culturaux: bandes de terre surélevées jamais labourées et hyper-nourries au compost, légumes plantés serrés, rotation pointue des cultures. Leur équation: petite surface + méthode intensive + vente directe = écologie, hyper rentabilité et qualité de vie… avec trois mois de vacances ! Le livre sort en août 2012. En France comme au Québec, l’effet médiatique et le bouche-à-oreille se conjuguent. C’est un best-seller totalement inattendu. « Je me souviens du jour où mon livre est devenu numéro 2 derrière 50 nuances de gris dans le plus grand réseau de librairies du Québec », rigole Jean- Martin, un beau gars chaleureux, qui, depuis, passe ses mois de vacances à donner des conférences en Europe et en Amérique du Nord. En date de mai 2015, 22 250 exemplaires avaient été vendus en français, 22 500 en anglais. 

Réservé aux abonnés
Vous aimerez aussi...