Le récit de Chloé et Olivier

« Après 9 mois en Asie, nous poursuivons notre enquête au Canada. Changement de climat, de culture et d’échelle… les forêts s’allongent à perte de vue et les distances s’étirent. Les routes sont en parfait état et désertes… On est bien loin de l’effervescence de l’Asie ! Arriver en Amérique du Nord, c’est aussi faire l’expérience d’une urbanisation déroutante, en traversant des villes à l’horizontale. Dans les quartiers résidentiels, les maisons neuves semblent sorties de catalogues : façades parfaites, pelouse aseptisées, garages et grosses voitures. Ici, il y a de la place et de l’argent à crédit ! La remarque de Muko, un militant impliqué dans la conservation des maisons troglodytes de Cappadoce que nous avions rencontré en Turquie, nous revient en mémoire

« Pour moi, les maisons standardisées d’aujourd’hui limitent l’imaginaire… Je crois qu’il est plus difficile de concevoir un autre monde quand on vit dans un environnement formaté voir stérilisé.»

Mais l’Amérique du Nord reste la terre de tous les possibles ! Car le continent fourmille de pionniers qui cherchent d’autres manières d’habiter. Nous partons à la rencontre de quelques-uns d’entre eux au Québec. A commencer par les habitants du éco-hameau de la Baie qui ont inventé une technique de construction en paille qui fait parler d’elle jusqu’en Europe et au-delà : la technique du GREB. Derrière ces initiales il y a le « Groupe de Recherche Ecologique de la Baie » qui expérimente depuis 25 ans un mode de vie post-pétrolier ! »

 

Un périple autour du monde

Ils ont tous les deux 27 ans. Chloé a une formation en réalisation documentaire, Olivier est devenu charpentier après avoir étudié le droit et s’être intéressé au droit au logement.

Ils sont partis ensemble à travers le monde à la découverte des éco-logis. Entendez par là des logements qui ont une faible empreinte écologique, dans leur construction (choix des matériaux, de techniques peu énergivores) mais aussi dans leur fonctionnement quotidien (approvisionnement énergétique, gestion de l'eau, des déchets).

Chantier de construction en bottes de paille, techniques traditionnelles remises au goût du jour avec la crise, pour des constructions en terre crue, construction en sacs de terre, en bambous, en pneus... ils découvrent à travers les continents les techniques utilisées pour bâtir des maisons où il fait bon vivre, sans dépenser une fortune, avec les ressources disponibles localement.

 

Web documentaire et pédagogie

A l’issue de leur périple, ils ont prévu la réalisation d’un web documentaire dont chacun (individus, professionnels du bâti, enseignants, acteurs du développement durable) pourra s'inspirer pour concevoir ou promouvoir des logements plus économiques et écologiques.

Village est partenaire de leur aventure et nous donnons régulièrement de leurs nouvelles : quels habitats ont-ils découverts ? quelles rencontres avec ceux qui les construisent dans les territoires ruraux qu’ils traversent ? quelles techniques à portée de tous ? comment se réapproprier sa vie grâce à un logement sain et digne ?

Soucieux de toucher un public large, ils ont noué un partenariat avec des classes de 6ème, 5ème et une classe de CM2 dont l’instituteur a eu Olivier à l’école. Ils leurs proposent des rendez-vous réguliers avec des ateliers de construction de mini éolienne, four solaire… et des éco-gestes. Une expo sera également produites.

Leurs objectifs
1. Découvrir des techniques de construction écologiques et adaptables par le plus grand nombre
:
Ils participent bénévolement à des chantiers d’auto-construction:
‣ utilisant des matériaux locaux (bois, paille, terre, bambou...) ou des matériaux recyclés (pneus, bouteille de verre...)
‣ ayant recours à des techniques simples, traditionnelles ou innovantes
‣ dont le coût de réalisation est peu élevé
Ils interviewent aussi des professionnels de la construction (architectes, charpentiers, ingénieurs...) élaborant des méthodes facilement reproductibles pour bâtir écologiquement.

2. Rechercher des méthodes éco-logiques et éco-nomiques de gestion de la maison :
Ils visitent des habitats modèles par :
‣ leur maîtrise de l’énergie ( production d’énergie grâce au renouvelable, mise en commun de l’électroménager...)
‣ leur gestion de l'eau (récupération de l’eau de pluie, traitement des eaux usées, toilettes sèches...)
‣ leur gestion des déchets (recyclage, compostage)

3. Diffuser ces initiatives
‣ des reportages filmés et sonores sur des acteurs moteurs de l'autoconstruction écologique (autodidactes, architectes, charpentiers...) publiés sur leur site internet http://eco-logis.org
‣ des correspondances avec des classes de cycles élémentaire et secondaire
‣ des relais de ces initiatives par des médias haut-normands et des médias spécialisés dans l'éco-construction

4. Encourager l'éco-construction et les éco-gestes
‣ réalisation du web-documentaire
‣ conception d’une exposition itinérante
‣ participation à des manifestations
(Semaines du développement durable, de la solidarité internationale, de la réduction des déchets, Mois de l’architecture...)
‣ interventions dans des établissements scolaires : ateliers de construction, jeux autour des éco-gestes...

Pour en savoir plus sur leur projet : http://eco-logis.org

Vous aimerez aussi...