Le jaune de la camomille, l’orange des soucis, le rouge des coquelicots, le bleu des bleuets, le violet de la lavande, les champs de Nathalie David ressemblent à un arc-en-ciel. L’agricultrice native de Paris cultive, depuis 15 ans, des plantes bio pour les transformer, en tisanes, sachets d’aromates, sirops ou confitures. Stéphanie Meynard, jeune pharmacienne qui l’a rejointe en 2014, les utilise comme matière première pour élaborer ses baumes et huiles de massage. Grâce à l’entraide agricole, la première prête une partie de ses terres à la seconde en échange de son aide, pour la culture, la cueillette et l’ensachage de sa production. « Ce dispositif cadré juridiquement et autorisé par le statut agricole est méconnu, reconnaît Nathalie. C’est pourtant ce qui me permet de garder la maîtrise de mon patrimoine, 
tout en libérant Stéphanie des contraintes d’installation. »
 

Réservé aux abonnés
Vous aimerez aussi...