Magali Mignot déteste les capricornes. Rien à voir avec l’astrologie : ces bestioles-là sont les insectes xylophages qui ont grignoté l’énorme chêne du jardin de Beyssin dont elle s’occupe avec son mari Vincent. Problème : la cabane, emblème des hébergements qu’ils proposent, est construite dessus et ne pourra donc plus accueillir personne. 
Fin de l’histoire ? Pas du tout. 
Mais reprenons du début pour mieux comprendre. Quand ils se sont installés en 2006 sur l’exploitation des grands-parents de Magali, à Puy-d’Arnac, dans le sud de la Corrèze, le couple (qui s’est connu au lycée agricole d’Objat, filière aménagement parcs et jardins) cherchait simplement à vivre le plus possible en autonomie. 

Réservé aux abonnés
Vous aimerez aussi...