"C’est un peu difficile de quitter la Bretagne quand on en est originaire. En plus, on met de côté sa famille, ses amis… Mais il faut savoir faire des sacrifices ! » Maryline Quideau ne tait rien de ses états d’âme nés d’un déménagement de Plouarzel, à la pointe Bretagne, face à l’île d’Ouessant, pour Montgreleix, un hameau cantalien sur le plateau du Cézallier, en bordure du Puy-de-Dôme. Mais elle sait aussi relativiser : « C’est l’isolement qui me pèse le plus. Enfin, ça me pèse plus que mon compagnon. Heureusement, l’Auvergne est une très belle région et les amis comme la famille sont heureux de venir nous voir, de passer des vacances ici. » 
Cet exode n’était pas une obligation, mais bien un choix de vie pour Maryline Quideau et Sébastien Tanguy. Tous deux étaient employés par la commune du Conquet. Lui comme chargé de développement, elle comme directrice d’un village de vacances. Pas étonnant donc de les retrouver à Montgreleix à la tête d’un… village de vacances. 

Réservé aux abonnés
Vous aimerez aussi...