« A quand remonte mon dernier sac poubelle ? Sacrée colle ! Plusieurs mois sans doute… » Jean-Pierre Morisseau en perd la mémoire. Des déchets non recyclés, ce jeune retraité n'en jette plus que deux fois par an ! Au point qu'il les appelle ses « déchets ultimes », ceux qui ne trouvent place nulle part ailleurs, par exemple des barquettes en polystyrène. Comme beaucoup d'habitants de Saint-Philbert-de-Bouaine (Vendée), il est passé maître dans l'art de trier ses poubelles. Les plastiques, le métal et le carton sont collectés dans un sac jaune. Les papiers et le verre portés dans une benne dédiée. Et les déchets de cuisine biodégradables déposés sur la plateforme de compostage collectif de la commune. 
Inaugurée en 2002, c'est la plus ancienne de France. Et Jean-Pierre n'est pas étranger à cette création. « À l'époque, le département prévoyait d'installer un grand centre d'enfouissement des déchets de 60 ha sur notre commune. En clair, une décharge ! Un collectif de citoyens s'est monté pour contrer ce projet et proposer une autre solution : un site de compostage des déchets fermentescibles. l'Ademe nous a soutenu et les élus ont suivi. La plateforme de compostage est née dans la foulée. » 

 

Réservé aux abonnés
Vous aimerez aussi...
14 août 2019
14 août 2019