Retrouvez ce portrait dans le magazine Village 137 de l'automne 2018.

Benoît San-Juan ne quitte pas le liquide doré du regard tout en le remuant attentivement. Le mélange de beurre et de sucre se transforme progressivement en caramel. Une odeur gourmande envahit le laboratoire. « Attention, cela va aller vite », prévient-il. Dès que le liquide a atteint la consistance et la température voulues, il n'y a en effet pas une minute à perdre pour le verser sur les grains de maïs préalablement soufflés à l’huile d’olive. Puis, il les malaxe énergiquement afin de bien les en enrober, avant d’enfourner. Il les sortira plusieurs fois du four pour recommencer les mêmes gestes, à chaud et à main nue, jusqu’à ce qu’ils obtiennent cette texture beurrée et croustillante qui rend son pop-corn addictif. Un mode opératoire, totalement artisanal, qu’il a mis au point quand il a réalisé que les machines ne toléraient que des grains de maïs calibrés de la variété Mushroom, qui ne peut être cultivée en bio. 

Réservé aux abonnés
Vous aimerez aussi...