Un caisson d’eau d’un camping-car, une chambre à air, quelques tuyaux, un bec de gaz... Avec quelques matériaux de récupération, des jeunes du lycée Littré d’Avranches ont construit un prototype d’une petite unité de méthanisation.

Leur objectif est de rendre cette technique – qui permet de stocker et de récupérer les biogaz des déchets organiques pour produire de la chaleur, de l’électricité et du carburant – accessible aux particuliers. Jusqu’à présent, la méthanisation est en effet surtout l’apanage de l’industrie ou d’exploitations agricoles.

Selon l’Ademe, chaque Français produit 365 kg de déchets ménagers par an (hors dépôts en déchetterie) dont 40 à 60 % de biodéchets. Le potentiel est donc là. En outre, une fois le gaz récupéré, le substrat restant constitue un excellent terreau. Le prototype, présenté lors d’une épreuve du bac en 2016, séduit les professeurs qui encouragent les jeunes à poursuivre leurs travaux.
Une quinzaine d’élèves, accompagnés par le lycée, se joignent au projet et s’organisent en association pour recevoir divers soutiens de partenaires de l’économie sociale et solidaire, de l’énergie, d’une Fondation, de la Région Normandie...

D’autres lycéens se penchent sur l’utilisation d’une bactérie qui accélère le processus. « L’objectif est de créer un outil de méthanisation de moins de 1000 euros », explique Alain Thomasse, CPE au lycée. En 2017-2018, la dynamique se poursuit.
Les élèves travaillent sur un équipement un peu plus volumineux (1000 L) mais toujours accessible aux particuliers. À terme, ils espèrent le proposer à des pays en voie de développement, voire le commercialiser.
 

Vous aimerez aussi...

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire