Dans la famille des plantes provençales, demandez l’argousier. Cet arbuste sauvage aux redoutables épines, Emmanuel Cabanes a décidé de l’apprivoiser. Après dix ans d’essais et de croisements de plants, il le cultive aujourd’hui sur huit hectares. Chaque été, une dizaine de saisonniers l’aide à récolter huit à dix tonnes de baies qu’il fait transformer en jus, comprimés alimentaires, confitures, pâtes de fruits, bonbons, huile… autant de produits vendus sous la marque Natvit qu’il a créé. Comment ce thésard en biologie médicale, passé par l’industrie informatique, en est-il, à 50 ans, arrivé là? « J’ai fait des études pour faire plaisir à ma mère, rigole-t-il. Mais mon objectif a toujours été de vivre dans cet environnement agricole.» Au pied des premiers contreforts alpins, dans ce fief arboricole de la plaine de la Durance, il décide à la mort de son grand-père, pionnier régional des cultures fruitières, d’arracher les pommiers que celui-ci avait plantés. « Je ne croyais plus à cette agriculture où il faut investir des milliers d’euros en produits phytosanitaires.» Cap donc sur l’argousier, une autre tradition locale.

Trouver l'événement: 
05110 Claret
Réservé aux abonnés
Vous aimerez aussi...