Deux frères, Jean-Baptise, 27 ans, et Bastien Beauvais, 30 ans, ont parié depuis trois ans sur un camion-restaurant itinérant dans les villages. Plus audacieux encore, ils ont misé sur la pizza. Uniquement. Jean-Baptiste était boulanger, et Bastien, vendeur automobile. « On voulait travailler ensemble. » Ils ont racheté le camion et le concept à Eric Dubrez, artisan électricien habitant Courcelles-les-Quingey. « Il a mis 18 mois pour fabriquer ce camion-restaurant : 20 mètres de long, 10 de large, et 70 mètres carré au sol. On peut servir 50 couverts. » Un tel concept avec cette capacité est unique en France.

 

La Strada crée l’évènement dans le village

 

Dans chaque village, c’est l’évènement. Pour chaque villageois, c’est l’attente ou l’étonnement. A Nods (en Franche-Comté), la pizzéria a brûlé et le village s’est retrouvé orphelin. « On ne va que dans les villages où il n’y a pas de restaurant. Cinq à six villages par an. Dans l’absolu, on aimerait en avoir trois dans lesquels revenir chaque année et trois nouveaux à découvrir. Pour garder le charme de la découverte. 80% de nos installations sont sur la demande des maires » indique Jean-Baptiste.

Comme la plupart des clients, Joël et Maryline ont découvert le restaurant par le biais des pizzas à emporter. « On ne s’attend pas à ça. C’est comme un vrai restaurant : des tables espacées, les lampadaires, une jolie décoration. Une fois à l’intérieur, on ne voit pas la différence. Et les enfants peuvent jouer au foot sur le terrain à côté. »

La Strada stationne de 4 à 10 semaines dans chaque village, en fonction de leur taille et de l’affluence. Certains habitants suivent même le restaurant et se mobilisent pour trouver des emplacements dans leur village. L’installation et le départ du camion, sur le plan technique, sont toujours très difficiles et acrobatiques. « On met une semaine, à trois personnes, pour installer ou démonter. L’hiver c’est très dur : les noeuds des cordes se figent, l’eau gèle. Dans la région, il pleut 300 jours par an ! »

 

Les plus des 50 ans adorent les pizzas

 

Entre 18h et 19h30 c’est le « coup de feu » : « dans les villages, il n’y a qu’un seul service. A 21h tout le monde est parti. » Un avantage certain dans un domaine où habituellement le service s’étire sur la nuit. « Les gens à la campagne sont moins stressés qu’en ville, ils sont plus tolérants pour les petits aléas. » La Strada accueille aussi bien des grandes tablées que des tables de deux. Le restaurant mobile est l’occasion pour des familles, des amis, des voisins de se réunir.

La clientèle âgée en moyenne de plus de 50 ans « adore la pizza ! Surtout la locale avec la saucisse de Morteau. » La seule pizza retirée de la carte récemment est la végétarienne. Toutes les pizzas sont réalisées à base de produits frais achetés le matin, et cuites au four à bois. Les clients reconnaissent leur qualité supérieure, et l’intérêt d’un tel restaurant dans les villages. « Le restaurant marche bien : il est ouvert toute l’année, et 80 % des week-ends sont complets. Mais pour l’instant, on réinvestit pratiquement tout dans les frais de fonctionnement et pour rembourser l’emprunt souscrit pour l’investissement. »

 

Un budget difficile à boucler

Pour financer leur projet à hauteur de 200 000 euros, Jean-Baptiste et Bastien ont eu, malgré leur apport personnel de 40 000 euros, beaucoup de difficultés à trouver une banque qui leur fasse confiance. « On a mis 8 mois à trouver la banque, et sous certaines conditions : passage du permis poids lourd et super lourd, garanties avec nos appartements, fonds de la vente temporairement bloqués chez eux. » Ils ont aussi réussi à obtenir un prêt à taux zéro auprès de la région de deux fois 8000 euros.

Contact :
La Strada
Secteur de Pontarlier à Besançon ( Doubs)

Tel : 06 71 17 52 11 ou 06 71 74 35 12

Trouver l'événement: 
25300 Pontarlier
Vous aimerez aussi...