Boeuf, porc, poulet… difficile aujourd’hui d’imaginer un repas sans viande. En un siècle, cet aliment rare et cher autrefois réservé aux jours de fête s’est imposé dans nos assiettes. En France, nous en consommons 200 g par jour et par personne - soit quatre fois plus qu’au XIXe siècle - et nous y consacrons plus de 30 % de notre budget alimentation. Un luxe ! « On nous a seriné qu’il fallait manger de la viande pour avoir des forces », observe Claude Aubert, spécialiste de l’alimentation saine. Or, « la viande rouge et la charcuterie contiennent beaucoup de graisses saturées et sont très acidifiantes ». Consommées en excès, elles favorisent cancers, maladies cardio-vasculaires et rhumatismes. Ces maladies se développent dans les pays riches qui doivent par ailleurs importer des millions de tonnes de céréales pour nourrir le bétail. Un gaspillage écologique à l’échelle planétaire.

 

« Il faut dix fois plus de surface de terres cultivées pour produire la même quantité de protéines sous une forme animale que sous une forme végétale », souligne Claude Aubert.

 

Autant de raisons pour manger moins ou pas du tout de viande. Mais par quoi la remplacer ? Voici quelques conseils pour redonner aux végétaux la place principale dans notre assiette.

Réservé aux abonnés
Vous aimerez aussi...