« C’est bien, vous nous amenez le soleil, le niveau d’eau de la mare n’a jamais été aussi haut que cette année… » C’est ainsi que Frédéric Lamblin m’accueille, au bord du petit plan d’eau peuplé de tritons crêtés près du château de Beaumesnil. Il est le directeur de l’association Mille et un légumes, une structure qu’il a créée en 2006.
S’il a pu monter ce projet multifacette, c’est grâce à une aide de la Région Haute-Normandie (avant que la Normandie ne soit réunifiée) qui l’a financé et accompagné pendant six mois dans le cadre de l’appel à projet Éco Région solidaire.

 

« Au début, j’étais parti uniquement sur un projet de jardin conservatoire d’un hectare avec un droit d’entrée pour les visites et des animations pour les scolaires, se souvient-il. Mais il ne pouvait fonctionner que de mai à octobre. Ce n’était pas suffisamment viable. » Frédéric a donc réalisé ce premier volet mais l’a complété par la location de quatre hectares supplémentaires pour créer une activité de maraîchage bio avec livraisons de paniers (sous forme d’Amap). « On m’avait dit qu’en pleine campagne comme ici, cela ne marcherait pas, que les gens avaient tous un jardin ! » sourit Frédéric. Aujourd’hui c’est un succès. L’activité maraîchage emploie deux personnes et fournit trente-cinq paniers par semaine. 
Un emploi a également été créé pour l’entretien du verger/potager conservatoire et un autre pour les animations. Les terres sont louées à la fondation du château. Auparavant un agriculteur y cultivait du colza. Frédéric a su convaincre ses interlocuteurs que son projet pouvait générer une dynamique locale ainsi qu’une complémentarité avec les activités de visites du château.

 

Des murs vitrés pour capter la chaleur

 

Il aurait pu en rester là, mais non. En 2010, l’association décide de racheter une bâtisse très vétuste pour en faire un pôle environnemental et solidaire. Un financement participatif a été lancé et 100 000 euros ont été recueillis. L’acquisition du bien s’est élevée à 100 000 euros et les travaux à 440 000 euros. Le bâtiment, de 200 m2, a été rénové avec des matériaux écologiques. Côté énergie, au-delà de l’installation de panneaux solaires et d’un poêle à granulé, le plus innovant réside dans le choix de l’isolation thermique. La maison étant située dans le périmètre du château, pas question de changer quoi que ce soit à son aspect extérieur. Les murs exposés au soleil ont donc été parés de verre. L’air coincé entre le mur et la paroi vitrée est chauffé. Cette chaleur est ensuite stockée dans le sol de la maison grâce à la très grande inertie de celui-ci. Des petits capteurs sont disposés en plusieurs endroits pour analyser les données et voir si cette expérience peut être généralisée.
Suivi techniquement par l’Ademe, le projet a été soutenu par l’Europe pour 129 000 euros, la Région pour 180 000, le département pour 140 000. Avec l’aide de la Fondation de France, l’association a bouclé le reste du budget. « Sans les fonds européens, ce projet de maison n’aurait jamais vu le jour », constate Frédéric.

 

Simple, bon, économique

Dans cette bâtisse, l’association Je cuisine mon jardin dispense des cours pour apprendre à un public fragilisé comment cuisiner des produits frais. Ici pas question de leçons données par des grands chefs. L’idée est de faire simple, bon et économique. Une dizaine de stagiaires vient tous les quinze jours pour un total de dix sessions. Cette formation est financée par la CAF et l’Agence régionale de santé. Elle est gratuite pour les participants (qui doivent juste s’acquitter du montant de l’adhésion à l’association, soit cinq euros). Le public est le plus souvent inscrit sur les bons conseils des assistantes sociales du secteur. Des assistantes maternelles viennent également apprendre à cuisiner pour les jeunes enfants. Au-delà de la grande cuisine fonctionnelle bien adaptée aux stagiaires, ce pôle environnemental et solidaire compte une grande salle commune et cinq chambres (pour quatorze couchages). Elle est louée en gîte de groupe par Gîte de France, avec le label écogîte. Les clients sont des familles ou des groupes d’amis mais aussi, à la grande surprise de Frédéric, beaucoup d’associations dans le domaine du handicap qui apprécient la tranquillité du lieu.

 

Contacts :

Le potager de Beaumesnil. 
Association 1 001 légumes 
Tél. : 02 32 46 02 54
www.1001legumes.com
Courriel : info@1001legumes.com

Parlons d'Europe en région

Parler d’Europe en région et associer les citoyens à ce dialogue, c’est le travail quotidien des Centres d’information Europe Direct, en France et dans tous les pays de l’Union européenne. Pour la Normandie, rendez-vous le 2 juin 2016, de 18 h 30 à 21 heures, à Beaumesnil (Eure). 
Le Centre Europe Direct Normandie-Vire/CREAN, les deux autres Centres Europe Direct normands (Caen et Evreux), le Pays Risle-Charentonne avec le soutien de la Région, organisent une rencontre avec des représentants de la Commission européenne, du Comité des Régions et du Parlement européen. L’occasion idéale de parler de l’Europe, d’aborder les thèmes qui préoccupent chacun : les jeunes, l’environnement, le social, 
le développement des territoires.
Dans les 12 autres régions françaises se dérouleront d’autres événements « Parlons d’Europe en région » (voir sur le site europedirectfrance.eu. #ParlonsEurope).
Pour plus d’informations et inscription à l’événement du 2 juin : Bénédicte Feuger - CREAN/Europe Direct Normandie. Tél. : 02 31 66 18 30. Courriel : crean.vire@educagri.fr

Vous aimerez aussi...