Une plus grande solidarité entre les territoires urbains et ruraux est une condition pour réussir la transition énergétique en France. Chaque territoire doit contribuer à ses propres besoins et à ceux du voisin, selon ses potentiels et ses moyens. Ainsi, la France pourra devenir 100 % énergies renouvelables. Voici l'objectif visé par les auteurs de l'étude Nouvelles solidarités, éditée par le Réseau pour la transition énergétique (Cler).

Dans la perspective d’une transition énergétique nationale, la question de la complémentarité entre territoires urbains et ruraux se pose. De nouvelles solidarités sont nécessaires entre des villes et métropoles fortement consommatrices d’énergie, et des territoires ruraux disposant d’espace et de ressources, susceptibles de produire des énergies renouvelables, mais limités en moyens humains et financiers.

Que signifierait être 100 % énergies renouvelables chez soi, si nos voisins continuent de brûler charbon, pétrole ?

La réussite de la transition énergétique se mesurera partout en même temps. Elle ne peut faire l’objet d’une compétition entre territoires voisins, ni entre échelons, parce qu’il n’y aura de succès que s’il est global et partagé par tous. Le Cler a mené un travail exploratoire en 2018 pour promouvoir ces coopérations et questionner leurs enjeux et leurs modalités à partir d’expériences locales.

Sur la base d’une vingtaine d’entretiens avec des acteurs locaux, d’expériences et de connaissances issues de son réseau et d’une importante documentation, nous avons identifié une dizaine de types de coopérations possibles. Chacun est présenté et exemplifié par des informations concrètes et des retours d’expérience qui mêlent souvent plusieurs modes de coopération et sources d’énergie. Autant de pistes à explorer et à adapter par les territoires qui œuvrent ensemble pour la transition énergétique.

Vous aimerez aussi...