Une équipe de chercheurs du CNRS, de l’Inra et de La Rochelle Université vient de démontrer que l’agriculture biologique profite aux colonies d’abeilles mellifères en particulier pendant la période de disette alimentaire à la fin du printemps.

Les parcelles cultivées en agriculture biologique leur offriraient plus de ressources, notamment par la présence d’adventices (les « mauvaises herbes »). Les chercheurs ont trouvé jusqu’à 37 % de couvain, 20 % d’abeilles adultes et 53 % de miel supplémentaires dans les colonies entourées de parcelles biologiques par rapport à celles situées dans des paysages agricoles conventionnels.

L’étude a porté sur 180 ruches durant six ans dans le centre-ouest de la France.

 

Vous aimerez aussi...