Comment lutter contre la désertification de son territoire ? Comment installer des actifs avec leur famille en leur proposant des perspectives d’avenir ? En misant sur les nouvelles technologies et son cadre de vie. C’est le défi que le pays de Murat, territoire rural de 6000 habitants, s’est lancé en 2007 en se donnant deux ans pour bâtir un dispositif attractif.

Télécentres, espace de coworking, coaching au télétravail indépendant et salarié, plateforme d’emplois et de missions en télétravail, Forum du télétravail, logement passerelle, résidences d’entrepreneurs en partenariat avec la région Auvergne… se sont mis en place au fil des mois.

Les acteurs peuvent être satisfaits. L’enquête qu’ils ont menée révèle qu’en cinq ans, 25 entrepreneurs ont créé ou transféré leur activité en télétravail en pays de Murat ce qui représente un total de 52 nouvelles personnes installées dans le territoire dont 16 enfants scolarisés. Par ailleurs, des centaines de personnes ont séjourné en pays de Murat pour suivre les sessions de coaching formation au télétravail organisées dans son Centre de formation au télétravail ou pour participer au Forum du télétravail, un événement organisé par le territoire et ses partenaires.

1,2 million d’euros injectés dans l’économie locale

L’enquête réalisée auprès des 25 entrepreneurs en télétravail ayant décidé de s’installer dans le territoire entre 2008 et 2013 a permis d’évaluer les effets induits en matière de revenus, de consommation et d’emplois. Décryptage.

Les nouveaux foyers ont généré depuis 2008 plus de 1,9 million d’euros. 59 % de leurs dépenses de consommation ont été réalisées en pays de Murat, soit au total près de 1,2 million d’euros réinjectés dans l’économie locale. 32 % d’entre eux sont propriétaires. Tous ont engagé des travaux en s’appuyant quasi-exclusivement sur des artisans locaux : près de 660 000 euros investis dans des projets immobiliers.

Ces dépenses ont potentiellement pu favoriser la création de 18 emplois indirects sur le territoire (payés au Smic), générés par les dépenses de consommation des nouveaux arrivants et 12 emplois induits générés par les dépenses de consommation des actifs ayant profité de la création des emplois indirects. Un nouvel emploi créé constitue en effet une nouvelle source de richesses et donc de dépenses de consommation pour un territoire, et donc un nouvel emploi…

Par extension, dans l’hypothèse où les bénéficiaires ont dépensé presque 30% du reste de leur revenu disponible dans la région Auvergne comme le révèle l’étude, ces dépenses ont pu favoriser la création de 4 emplois payés au Smic dans la région Auvergne.

Des perspectives prometteuses

Selon des scénarii prospectifs élaborés dans le cadre de cette même étude, le pays de Murat pourrait compter entre 23 et 50 nouveaux entrepreneurs en télétravail ou coworking d’ici 10 ans générant eux-mêmes de nouvelles sources de revenu.

Chaque année, le territoire organise cinq sessions de coaching-formation au télétravail indépendant et salarié ainsi que le Forum du télétravail, un événement qui attire des centaines de participants de toute la France – indépendants, salariés, experts, porteurs de projets économiques, élus, techniciens de collectivités, étudiants… intéressés par les usages numériques et l’économie collaborative.

L’étude révèle que ces différents publics venus séjourner dans le territoire entre 2008 et 2013 pour assister à la formation, participer au Forum du télétravail ou simplement bénéficier d’un retour d’expérience de la collectivité sur son dispositif télétravail, ont généré plus de 135 000 euros de dépenses de consommation dans l’économie locale (nuitées, restauration, commerces de proximité…).

Le prochain forum du Télétravail du Pays de Murat se déroule le 16 octobre prochain.

Pour en savoir plus :http://forum-teletravail.fr

15300 Murat
Vous aimerez aussi...