« L’État doit enfin prendre des mesures courageuses pour lutter contre les déserts médicaux ». Voici l'appel que lance la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat, à travers un rapport adopté le 29 janvier à l’initiative de son président, Hervé Maurey, et du sénateur Jean-François Longeot, co-présidents du groupe de travail dédié aux déserts médicaux.

La commission constate une aggravation de la fracture territoriale et sanitaire qui traverse le pays, portant atteinte au pacte républicain.
"Malgré les innombrables lois et « plan Santé » adoptés depuis 20 ans, ce sont aujourd’hui entre 6 et 8 millions de Français qui vivent dans un désert médical. Les conséquences, tant d’un point de vue sanitaire que budgétaire, sont potentiellement désastreuses à long-terme.
Pourtant, face à l’accroissement des inégalités territoriales, tout n’a pas été tenté. C’est pourquoi la commission formule 8 propositions pour (enfin) prendre ce problème à bras-le-corps.

Entre une « approche incitative », reposant sur des incitations financières nombreuses, dispersées et jamais évaluées, et une « approche coercitive », qui vise à obliger les médecins à s’installer dans les déserts médicaux, les rapporteurs proposent une troisième voie de régulation de l’offre de soins. Cette proposition consisterait à mettre en œuvre un système de conventionnement sélectif sur le principe « 1 arrivée pour 1 départ » en zones sur-dotées, qui existe déjà dans plusieurs pays et a été recommandé par la Cour des comptes à plusieurs reprises ces dernières années. Ils appellent par ailleurs à prolonger les partages de compétences entre professionnels de santé et à garantir le remboursement sans condition des téléconsultations pour les patients résidant dans un désert médical."

Pour en savoir plus et  voir l'infographie

Vous aimerez aussi...