De retour d'un séjour dans un ranch des USA à une époque où croissance, productivisme et gigantisme sont synonymes de réussite, Pierre reprend la ferme de son père en Mayenne et reproduit  les méthodes de ce temps.

Epris d'un désir de modernité et d'une ambition de développer l'affaire familiale comme l'avaient fait ses ascendants, il adopte une mécanisation systématique et se lance dans une course effrenée aux investissements dans des ateliers hors-sol : chevreaux, poulets...

Pris dans un engrenage favorisé par les coopératives, les industriels, les banques et leurs facilités de paiement, il est entraîné dans un cycle infernal. Son père, d'une époque révolue, critique ses méthodes et lui refuse une aide financière au nom de ses principes. S'ensuivent une déshumanisation et un rythme sans freins de son travail qui le fragilisent peu à peu. Le soutien de sa femme et de ses enfants ne suffisent pas à empêcher l'épuisement puis la dépression.

Malgré une période de soins et une guérison temporaire, il finit par se suicider chez lui, comme un agriculteur par jour en 2019, selon le chiffre de la Mutualité sociale agricole.

Ce film, qui fait salle comble, est l'histoire vraie du père du réalisateur Edouard Berjeon. Il avait d'ailleurs déjà réalisé un documentaire "les fils de la terre" sur son histoire en 2012.

Pour cette fiction, dont on sort bouleversé, le choix de Guillaume Canet pour le rôle principal et la ressemblance avec son père est stupéfiante et le jeu d'acteurs remarquable. Ce film est certes le portrait tragique d'un modèle agricole mais celui aussi de toute une époque où, pour réussir, l'Etre est oublié au profit de l'Avoir et où échouer n'est pas considéré comme une occasion de rebondir et de s'améliorer mais comme une fin.

Cette histoire du monde agricole productiviste est donc aussi celle de tout un modèle de société qui n'a pas la sagesse et l'humilité de projets à taille humaine. C'est un cri de douleur lié aux dégâts d'un productivisme mondialisé et aliénant.

Dans certaines villes, des débats sont organisés suite aux projections et/ou une partie des recettes des entrées sont reversées à l'association Solidarité Paysan (1).
C.M.

(1) Solidarité Paysans est une association nationale qui soutient les paysans en difficulté.

 

Le réalisateur Edouard Berjeon

 

Guillaume Canet

 

Veerle Baetens

 

Rufus

 

 

Crédits photos : (c)NORD-OUEST FILMS (photos couleurs) et Philippe Vandendriessche

Vous aimerez aussi...