1992. Les Voivres. Village de 210 âmes situé à une demi-heure d’Épinal. Loin de tout… Il reste alors un café-hôtel-restaurant et une école menacée de fermeture. Le charismatique maire Michel Fournier refuse la fatalité. Il répertorie avec les habitants les maisons vacantes et passe des petites annonces dans L’Est Républicain pour faire venir des familles, modestes, avec des enfants, forcément.

Réservé aux abonnés