Bernard Farinelli, chroniqueur à Village depuis de nombreuses années, nous livre son journal d'un confinement dans son village du Bourbonnais dans l’Allier.

Deux mois de confinement, ça commence à faire long. Ce temps a permis les jours passant, tout à la fois de se rendre compte de l’inutilité de certains déplacements habituels et du besoin de bouger. Ce thème revêt d’ailleurs une incertitude majeure pour les prochains jours.

En effet, que faire ? Revenir comme avant, sans rien corriger, alors même que nous avons agi différemment durant deux mois et que c’était possible ?

A titre d’exemple, toujours le même plein dans ma voiture (chaque mardi, le marché). Evidemment, même à l’arrêt, elle a coûté (assurance, mais surtout révision et contrôle technique). L’addiction a un prix pour le portefeuille. Mais aussi pour la planète. Car le Covid fait oublier le climat. L’absence de circulation a fait du bien à l’atmosphère. La multiplication des feux de jardinage a malheureusement annulé une partie du bénéfice. Ainsi selon la Dreal de Franche-Comté, 50 kg de végétaux verts qui brûlent équivalent à 22 000 km en voiture à essence récente ! Solution : compostage.

Donc le climat…Prendre de nouvelles habitudes. Même si je tente chaque jour d’être en accord avec ma philosophie, une évidence ne m’avait pas frappé. Je fais le marché en voiture. 10 km de petite route sympa, presque plate, arborée. 20 aller et retour, ce qui ne me pose pas de problème particulier. Cela aurait aussi un avantage physique, moi qui ne cesse de me dire qu’il me faut plus de mouvement.

J’ai regardé le prix d’une petite cariole. Pas cher, léger, solide. Où avais-je la tête ? Voilà c’est parti dès mardi prochain.

Anecdotique ? Pas sûr. Un moyen, mis en avant par des économistes, est le recours au rationnement. On réfléchit à sa consommation sur le mois et on la diminue théoriquement. Voilà j’ai désormais 50 litres (ou plus) devant moi. J’habite en pleine campagne. Comment organiser mes déplacements ? Quels sont les essentiels ? Comment se regrouper, partager la voiture ? L’argent économisé va dans la tirelire… Combien de personnes ont arrêté de fumer ainsi… On peut mettre un deuxième petit cochon et dans la fente glisser un papier avec les GES économisés (on trouve des calculateurs sur Internet).

Mais pour que l’efficacité soit au rendez-vous, c’est un nouvel écosystème local qu’il faut construire. Renforcer encore et encore la proximité, habiter vraiment son coin. L’optimisation des déplacements devient naturelle.

Une certitude, nombre de confinés ont eu le temps de peser les pour et le contre. La réponse à la question initiale est simple. Non, on ne peut pas continuer comme avant ! (Au passage, on invite pédagogiquement ceux qui ont cette pratique à cesser de faire des feux de jardin).

Vous aimerez aussi...
11 mai 2020
30 avril 2020