L’aventure débute dans les années 1970. À cette époque, le patrimoine urbain n’est pas à la mode. Dans les campagnes, nombre de petites villes jadis riches et influentes sont laissées à l’abandon. Bâties autour de cathédrales ou de mottes féodales, elles ont perdu au fil des siècles leur statut et leur population. De leur gloire passée, ne subsistent que de vieux donjons, maisons nobles et presbytères qu’elles n’ont plus les moyens d’entretenir.
Pour réveiller ces « Belles au bois dormant », un preux chevalier part en croisade : c’est Jean-Bernard Vighetti, alors chargé du tourisme rural à la DATAR. Avec quelques compagnons d’armes, maires de Rochefort-en-Terre, Bécherel et Châteaugiron, il crée la toute première association régionale en 1977. Faire un pari d’avenir sur les vieilles pierres ? L’idée semble plutôt saugrenue. « À l’époque, on avait tendance à bétonner un peu partout, on frappait d’alignement les maisons à pans de bois et on rêvait de voir une route nationale traverser le bourg, rappelle Jean-François Humeau, actuel maire de Rochefort-en-Terre. Depuis, les temps ont vraiment changé ! »

 

Réservé aux abonnés aux formules numérique et intégrale
Vous aimerez aussi...