Le nez en l'air par une douce nuit d'été, qui n'a jamais rêvé sous la voûte étoilée ? Le ciel nocturne est l'un des plus beaux spectacles de la nature. Les émotions ressenties sont encore plus fortes si l'on sait ce qu'on regarde. « Pour débuter en astronomie, pas besoin d'instrument. À l’œil nu, on peut déjà se faire très plaisir », explique Jacques Sanchez, président de l'association Pléiades, à Latrape (Haute-Garonne) qui organise des soirées d'initiation. « Premier conseil, orientez-vous vers le Nord et repérez la Grande Ourse, la constellation qu'a priori tout le monde connaît. Ses sept étoiles très brillantes forment une sorte de casserole. Elle est présente dans le ciel nocturne à toute heure et toute l'année. Prolongez de cinq fois le bord droit de la casserole et vous tomberez sur l'Étoile polaire qui indique le Nord. Elle fait partie des sept étoiles de la petite ourse. Si vous parvenez à faire cet exercice simple, vous avez les clés du ciel… » L'étoile polaire, pratiquement fixe, est en effet considérée comme le pivot du ciel autour de laquelle toutes les autres étoiles visibles semblent tourner. Pour mieux les reconnaître, les Grecs anciens ont imaginé des constellations en les reliant entre elles par des lignes imaginaires et en leur donnant des noms d'animaux ou de personnages mythologiques : Dragon, Lion, Cassiopée, Andromède…

© Guillaume Cannat

 

Retrouvez cet article dans le numéro été 2017 de Village
Réservé aux abonnés aux formules numérique et intégrale
Vous aimerez aussi...