Le tourisme, première industrie mondiale, est pratiqué par seulement 3,5 % de la population, principalement occidentale. Un luxe qui interroge fortement Rodolphe Christin, auteur du Manuel de l’anti-tourisme.

Pour lui, même les voyageurs les mieux intentionnés contribuent à la « mondophagie », cette conquête démesurée du monde qui pollue, nivelle les spécificités culturelles et réduit les relations humaines à leur valeur marchande.
Il décortique sous différents angles – économique, social, environnemental – tous les travers du tourisme et explique notamment comment il répond à une fuite d’un quotidien insatisfaisant... L’auteur propose d’autres voies possibles qui permettrait de le ré-apprécier sans avoir à parcourir la planète.

142 p., 2017, 12 €. Éd. Écosociété.
Vous aimerez aussi...

Ajouter un commentaire

Ajouter un commentaire