Depuis une dizaine d’années, la part des énergies renouvelables dans la consommation finale brute d’énergie en France progresse régulièrement pour s’élever à 15,7 % en 2016 (9,2 % en 2005). Cette croissance est principalement due à l’essor des biocarburants, des pompes à chaleur et de la filière éolienne.

Le rythme reste néanmoins insuffisant selon le Commissariat général au développement durable, si l’on veut atteindre l’objectif de 23 % en 2020 et de 32 % dix ans plus, fixé par le Plan national d’action en faveur des énergies renouvelables de la France pour répondre aux directives de 2009/28/CE du Parlement et du Conseil européens.
 

 

Vous aimerez aussi...